Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 17 février 2016

CODE DU TRAVAIL

Pendant la réalisation de FLAMENCO! la vie continue. Pour les Éditions Législatives de cette semaine un dessin sur la réforme du code du travail, que les chefs d'entreprise rendent responsable de tous leurs maux....

EDLEG CHSCT COULEUR.jpeg

lundi, 01 juin 2015

PRÉVENTION

Logo et banderole réalisés pour le Comité départemental d'éducation pour la santé du Gard, destiné à illustrer l'engagement des communes pour la prévention dans le cadre des Fêtes Votives...

LOGO CODES MD.jpgBANNIÈRE LARGE MD.jpg

lundi, 27 avril 2015

GASPILLAGE ALIMENTAIRE

Pour le Paysan du Midi publié jeudi dernier...

PDM GASPILLAGE ALIMENT.jpg

mardi, 21 avril 2015

VAPOTAGE

Dans les entreprises, les vapoteurs relégués au rang de fumeurs... (Pour les Éditions Législatives, Paris)

EDLEG VAPOTAGE COULEUR.jpg

lundi, 09 mars 2015

TRAVAIL SOCIAL

La couverture du numéro de mars 2015 du magazine TSA que j'ai illustrée pour les Éditions Législatives.

TSA COUV MARS 2015.jpg

dimanche, 23 novembre 2014

DÉVELOPPEMENT DURABLE

La Jeune Chambre Économique de Nîmes a édité la semaine dernière une série de 6 cartes postales destinées à sensibiliser les entreprises sur des "gestes" permettant de s'inscrire dans une dynamique de développement durable... Avec l'idée que ces démarches vont dans le sens d'une bonne santé économique de l'entreprise. De la création d'une salle de détente aux moyens de transports moins polluants, l'une des cartes et 5 autres dessins qui ont été également imprimés en carte postale...

CARTE POSTALE JCE.jpgJCE-DIAGNOSTIC COULEUR.jpgJCE-PERMISBUREAU COULEUR.jpgJCE-PLANTES COULEUR.jpgJCE-TRANSPORTS COULEUR.jpgJCE-DEVDURABLE COULEUR.jpg

 

lundi, 17 novembre 2014

LOUIS XIV ET LE VIN

Pour le JOURNAL DES HALLES de la rentrée, textes de Anne Cavillon : "C’est un Dimanche de 1704 que le Roi Soleil découvrit le vin de Joigny suite à une rencontre surprenante.
Le vin de Joigny était acheminé vers Paris, par voie fluviale. Des péniches chargées de fûts contenant la précieuse boisson, se rendaient jusqu’à Bercy accompagnées par un vigneron du terroir. Ce jour là, cette mission était confiée à un dénommé Pavillon qui, parvenu à bon port à Paris, décida d’assister à la messe du dimanche. Louis XIV présent à cet office, remarque ce vigneron de taille gigantesque qui, au moment de l’élévation, domine l’assistance. Le Roi, persuadé que l’homme était resté debout, envoie un garde pour le prier de se conformer aux obligations de la messe et de s’agenouiller. Confus, Le garde constate que la posture de Pavillon est bel et bien respectueuse du rite religieux. Sa stature hors normes explique la méprise royale.
Une fois la messe achevée, Louis XIV demande qu’on lui présente ce gaillard à la taille peu commune. Pavillon explique alors au Roi sa présence à Paris : « Je suis vigneron de Bourgogne et j’arrive de Joigny pour essayer de vendre ma récolte aux Parisiens ce qui n’est pas toujours facile » Le Roi, amusé par la spontanéité et le bagout du vigneron, accepte de goûter son vin. Le Souverain, séduit par le parfum floral et le bouquet délicat du vin de Joigny, demande à son Grand Echanson de passer commande.
A partir de ce jour, le « Vin des Roses » de Joigny Côte Saint Jacques coula à flots sur les tables de la cour du Roi Soleil à Versailles. En Outre, le vigneron fut autoriséà vendre son vin sans payer de taxes.
En signe de reconnaissance, les bouteilles de Vin Gris de Joigny portèrent, autour du col, une médaille gravée de fleurs de lys, symbole de la Monarchie."`

JDH LOUIS XIV.jpg

dimanche, 16 novembre 2014

NAPOLÉON ET LE VIN

Pour le JOURNAL DES HALLES de la rentrée : "Napoléon n’était pas réputé pour être un fin gourmet et pourtant il avait une véritable passion pour un vin de Bourgogne, le Gevrey Chambertin. Ce vin le suivait partout y compris au coeur des plus grandes batailles. Pendant les grands froids de la campagne de Russie en 1812, l’aide de camp de l’Empereur conservait le précieuxliquide contre sa poitrine pour pouvoir le servir chambré.
En Egypte, Napoléon n’est pas parti démuni, il a emporté tellement de bouteilles qu’il n’a pu les consommer toutes. Après un long voyage de retour en France, le Chambertin se révéla toujours aussi agréable à boire, ce qui a confirmé son statut d’excellent vin de garde. Mais voilà ! L’Empereur malgré son goût immodéré pour le Chambertin, n’était pas un fin dégustateur car il ne manquait jamais de couper son vin avec un volume égald’eau. Le pauvre Bertin devait se retourner dans sa tombe !
A propos qui était ce Bertin ? Au Moyen âge, Bertin, simple paysan, était propriétaire d’un terrain voisin des vignes du Clos de Bèze cultivées par les moines et qui
donnaient un vin très apprécié. Bertin pensa que son champ, tout proche de celui des moines, pouvait produire un vin de qualité égale. Il se mit donc au travail pour exploiter le filon.
« Le champ de Bertin » a tenu ses promesses et le Chambertin était né. Sa réputation depuis ne cessa de grandir et connu son heure de gloire grâce à Napoléon."

JDH NAPOLÉON.jpg